Le retour de l’hiver

Ce matin, je devais participer avec une amie à un « ride entre filles », ce qui me paraissait pour un retour de voyage une bonne entrée en matière. Mais, il pleuvait. Il pleuvait beaucoup, beaucoup, et même énormément. J’ai donc jugé que faire le marché en attendant une éclaircie pour faire un petit footing dans la forêt serait une gestion plus optimale de mon énergie.

Et voilà, j’ai abandonné mon vélo à son garage, et comme demain dimanche la météo ne s’annonce pas beaucoup plus favorable,  Je réfléchi déjà à l’excuse pour l’y laisser.

D’excuses en forfait, de petit trot dans la forêt en visite d’exposition dans Paris, j’arriverai peut être à franchir le mois de février sans trop user ma selle.

Quand viendront les beaux jours, je me dirais que ça serait dommage de ne pas profiter du soleil, et j’enjamberai mon vélo pour une randonnée vivifiante avec mes amis du club.

A ce moment là, mes jambes et mon postérieur me rappelleront mon manque d’assiduité de l’hiver. Il me la feront payer en pernicieuses courbatures et traumatisantes douleurs fessières.

Mes compagnons de randonnées devront s’armer d’une vertueuse patience pour m’attendre en haut des côtes. Toute ma reconnaissance ne les consolera pas des kilomètres non effectués ou d’une randonnée de quatre heures au lieu des trois prévues.

Et voilà, cette année, je vais devoir à nouveau bousculer ma flemme pour aller rouler même si j’ai pris trop de kilos pendant les fêtes et trop de décalage horaire et de photos à trier pendant mon voyage au Guatemala, même si je trouve que la météo est trop froide ou trop pluvieuse, que mon vélo est trop sale pour sortir ou trop propre pour être sali.

Mais je sais que le meilleur allié que je trouverai pour vaincre ma paresse, c’est le soutien des membres du club et de la grande famille des cyclistes.

Je sais que je trouverai toujours un sourire, souvent de l’indulgence et parfois cette petite pique qui aiguillonne l’orgueil et fait franchir les montagnes.

Alors sans attendre en selle ! pour que nous puissions tous réussir  nos projets cyclistes 2020 quelles que soient nos ambitions et nos capacités.

rédigé par Magali Fouque, présidente USML cyclo 

Bonne année 2019

moi en cezanneSans oublier nos bonnes résolutions

Sur mon vélo tout blanc et tout joli, mon casque sur la tête, et mon corps emmitouflé sous de multiples couches de vêtements, je file métaphoriquement les cheveux au vent,

C’est l’hiver, et c’est dur de se motiver pour sortir salir son beau vélo dans le froid et la grisaille.

Diverses stratégies sont possibles pour contourner la météo de l’hiver :

  • Se couvrir : sous-vêtements thermiques + maillot manches longues + veste coupe- vent + sur-chaussures + ….et même parfois petit dispositif chauffant dans les gants et, ou les chaussures ;
  • Contourner le problème en passant au VTT pour rester à l’abri des sous-bois
  • Eviter la difficulté dans son garage ou son salon sur un vélo d’appartement ou un home-trainer.

L’essentiel, quelle que soit la météo et la compagnie, sur la route ou dans les bois, c’est d’être prêt à partager des kilomètres, des paysages et éventuellement des bavardages.

Le printemps finit toujours par arriver et il serait dommage de ne pas en profiter parce qu’on a un réveil musculaire difficile et le postérieur endolori par une selle intraitable.

Donc, ne vous cherchez pas trop d’excuses : je suis enrhumé, je reviens de blessure, j’ai mal au dos, j’ai du mal à me lever le dimanche, etc…Votre forme ne reviendra pas par miracle en restant dans votre canapé (ou pire votre lit).

Si vous vous sentez frileux, douillet, peureux, n’oubliez pas qu’il y a toujours plusieurs parcours possibles, petit, moyen ou grand et des compagnons de route désireux de partager la route ou les bois, quel que soit votre état de forme.

C’est le début de l’année et l’heure des bonnes résolutions : rouler régulièrement,  respecter le code de la route, rester groupé, aider celui ou celle qui a un problème mécanique et toujours rester prudent.

capture d_écran 2019-01-07 à 09.30.41

Ce qui est important, c’est de venir, de ne pas prétexter par exemple un éditorial à écrire pour rater le rendez-vous dominical et ne faire du vélo que sur le papier.

Bonne année à tous, et promis, à partir de demain, je vais tenir toutes ces bonnes résolutions.

Magali Fouque – présidente USML cyclotourisme