Champagne et champs de bataille

A l’automne 2019 le club avait prévu un florilège de randonnées de la Corrèze à Reims en passant par la Bretagne. La Covid-19 a eu raison de nos projets sauf un. Une itinérance à partir de Maisons Laffitte jusqu’à Château-Thierry en passant par Soissons et Reims a été re-programmée pour le premier week end d’octobre.

La deuxième vague de la COVID et la tempête ALEX se sont également attaquées au projet. Lors d’une ultime veillée d’arme autour d’un verre de bière, la question de confiance est posée : partira ou partira pas. Le verdict est clair : partira.

Vendredi 2 octobre : rejoindre Soissons

Nous voilà au petit matin le vélo à la main, l’imperméable enfilé et les lumières allumées prêts à partir vers Soissons (140 kilomètres). Il pleut et les prévisions ne prévoient pas d’amélioration pour la journée. Alain a renoncé, Michel a décidé de faire la première étape dans le camion.

Le reste de la troupe part, mais pas très longtemps parce que 3 kilomètres plus loin juste après la Croix de Noailles, Magali crève. Du coup les groupes se forment : Anne, Sylvain et Serge partent devant, Dominique pourchasse, Pascale attend à la gare d’Achères et le reste de la troupe répare.

La crevaison fut un tantinet récalcitrante mais Dominique et Bernard en vinrent à bout. A 8h30 le groupe 2 repart, récupère Pascale et le voyage pourra continuer sans incident notable jusqu’au Mesnil Aubry. Là, les participants ne savent pas lire la topographie des lieux. Ils hésitent, pensent ne pas être sur la bonne route et cherchent une autre issue pour rejoindre Mareil-en-France. S’en suit une bonne demi-heure d’allers-retours sur la piste cyclable entre Attainville et le Mesnil Aubry jusqu’à ce que Bernard crève à son tour et interrompe la ronde. Dans un élan de solidarité involontaire Pascale crève au même endroit.

Aller retour et encore aller et un retour de plus

Magali et Josyane partent en exploratrice vérifier si la piste cyclable vers Baillet est une solution pour sortir de la nasse. C’est le cas et la troupe repart rejoindre le camion en attente à Plailly avec les sandwichs.

Trente kilomètres plus loin, le groupe 1 attend sagement (!) mais avec impatience au lieu du ravitaillement prévu, le café citoyen d’Auger-Saint-Vincent. Le camion porteur du ravitaillement les rejoint finalement. Ils ont gardé un soupçon de bonne humeur en dépit de leur faim croissante.

Pendant ce temps d’errance et d’attente il ne pleuvait pas, mais les meilleures choses ont une fin. A 14h30 la météo revient à son humeur du début de journée et il se met à pleuvoir dru. Le groupe 2 qui avait déjà décidé de s’arrêter à Villers-Cotterêts pour prendre le train,  baisse les armes à Crépy en Valois. Il arrivera à l’hôtel sous l’orage aux alentours de 17h. Le groupe 1 poursuit son périple sous la pluie battante, les GPS et les téléphones déclarent forfait et s’éteignent les uns après les autres. Rejoindre l’hôtel relève du jeu de hasard, opiniâtre et héroïque. C’est finalement à 18h30 après plus de 150 kilomètres d’effort et deux crevaisons qu’ils réussissent à rejoindre l’hébergement du soir.

Le repas du soir au Kyriad voisin est l’occasion d’un débriefing complet pour comprendre pourquoi nous ne savons pas rester « groupir », pourquoi nous avons perdu Dominique T, pourquoi Magali s’est égaré à Nanteuil le Haudouin, pourquoi nous avons tourné autour d’Attainville pendant une heure. Bref, la routine ! Comme dit Olivier qui n’avait pas roulé avec le club depuis deux ans : rien n’a changé !

Bilan de la journée
  • Groupe 1 : 156 kilomètres – 1200 mètres de D +- 8h d’effort – arrivée 19h00
  • Groupe Dominique T : 156 kilomètres – 1200 mètres de D + – 8h15 d’effort -arrivée 18h55
  • Groupe 2 : 106 kilomètres – 709 D+ – 5h30 d’effort et 42 kilomètres de train – arrivée 17h
Samedi 3 octobre : Les champs de bataille

La nuit porte conseil peut-être et repos certainement, le lendemain la troupe est prête à partir à 7h45 pour rejoindre le Chemin des Dames et la Caverne du Dragon. La journée sera plus courte en kilomètres et plus riche en découvertes sur un des grands lieux d’affrontements de la guerre de 14-18.

Pour commencer la journée, il faut savoir que les Dames du chemin n’ont rien à voir avec la guerre de 14-18. Ce sont les filles de Louis XV Adelaïde et Victoire qui empruntèrent cette route spécialement aménagée pour leur permettre de rejoindre le château de la Bove de l’autre coté de la vallée. 

Entre 1914 et 1918, cette route de crête a été le théâtre de violents affrontements entre les Allemands qui tenaient les hauteurs et les Français positionnés en contrebas.

Pour être à l’heure à notre rendez vous, nous pédalons énergiquement pour monter sur le plateau et lutter contre le vent. A 10h10 nous sommes ponctuels pour la visite guidée de la Caverne du dragon.

C’est une ancienne carrière de pierre transformée pendant le conflit en base logistique des troupes allemandes qui tenaient la position. Nous parcourons les sous-sols émus par les casques rouillés, les vases sculptés dans les douilles d’obus, la reconstitution des logements des officiers et des hommes du rang. Nous pensons au travail des sapeurs occupés à consolider les cavernes  pour résister aux obus dévastateurs ou creuser des tunnels d’évacuation pour rejoindre les lignes arrières sans être vu de l’ennemi. Nous partageons le soulagement des soldats qui trouvaient là un abri avant de retourner dans la boue des tranchées. Ces deux heures de visite très documentée nous ont permis de mieux comprendre le conflit, la peine des poilus et au final haïr le général Nivelle.

A l’issu de cette réfrigérante et intéressante visite, nous partageons les sandwichs de la boulangerie Sylvain Lenoir et ses magnifiques Paris-Soissons (macaron framboise et crème pistache).

Nous avons même le temps de prendre un café chaud avant de partir à vélo avec notre guide à la découverte des vestiges des tranchées et du village martyr de Craonne. Pour mieux nous faire comprendre la violence du conflit, notre guide nous fait parfois mettre pieds à terre pour explorer les sous-bois.

Après un moment d’émotion provoqué par une séance photo inattendue au monument des chars d’assaut de Berry au Bac, nous reprenons notre route vers Reims.

Nous longeons, enthousiastes, le canal de l’Aisne à la Marne que nous abandonnons sur l’incitation de Google maps pour rejoindre un chemin de terre. A l’issue d’une séance de VTT impromptue où miraculeusement il n’y eut aucune crevaison, nous arrivons à Reims vers 17h.

Nous avons le temps pour une petite promenade en ville et une rapide visite de la cathédrale avant de rejoindre sous la pluie « la table de Saint Thomas » . Ce petit restaurant est une très bonne adresse où un cuisinier passionné de vélo et son accorte épouse nous ont servi un repas qui restera dans les mémoires.

Nous rejoignons l’hôtel sur les coups de 23 h pour une bonne nuit de sommeil avant d’attaquer les coteaux de la Montagne de Reims.

Bilan de la journée
  • 84 kilomètres (dont 3 de chemin) – 488mètres de D+ – 4h30 d’effort et de visite – arrivée à l’hôtel à 17h30
  • Groupe Dominique T :
    • 85 kilomètres – 488 mètres de D+- 4h45 d’effort et de visite – arrivée à l’hôtel à 18h
Dimanche 4 octobre : les coteaux de Champagne

Après les champs de bataille, voici venu le temps du Champagne. Nous quittons l’hôtel à 8h15. Pour une fois il fait presque jour et il ne pleut pas même si la chaussée est encore humide.

C’est une  journée placé sous le thème « à la recherche des traces GPS perdues ». Seuls Sylvain et Pascale ont enregistrés  la bonne version du trajet. Les autres ne peuvent que s’exaspérer de ne pouvoir faire confiance aux tracés enregistrés.

La veille certains s’interrogeaient sur la justification du terme « Montagne » s’agissant des reliefs champenois. Il ne fallut que peu de kilomètres pour comprendre que l’explication de wikipedia sur la « brutalité des changements d’altitude » était bien exacte. Pour faire du bon vin, il faut des coteaux et ceux de la champagne sont particulièrement escarpés.

Sur la route d’Epernay, nous longeons les vignobles étiquetés par les célèbres maisons de champagne : Moët et Chandon, Bollinger, Ruinart…

La pluie était prévue à 11h, elle fut ponctuelle. Après un café à Epernay et l’averse passée, nous pouvons faire un rapide tour de ville avant de nous diriger vers Hautvilliers où nous attend une longue côte à 10, 11 et même 12%. Nous y gagnons un magnifique point de vue et un pique nique sous le soleil.

Si certains pensaient que le plus dur était fait, ils ont du déchanter à Fleury la rivière. Et comme le pire est toujours à venir notre dégustation raisonnée de champagne à Olizy imposait une nouvelle ascension à 12-13%. Nous avons pu récupérer de nos efforts grâce à  quelques coupes et de nombreuses tranches d’une excellente brioche confectionnée par Mme Betouzet.

A 16h15 nous repartons à l’heure prévue pour Chateau Thierry. D’aucuns annoncent 30 kilomètres mais c’est presque 40 qu’il nous reste à parcourir. Et la pluie revient sous la forme d’une grosse averse à la limite de la grêle. Elle est suivie d’un arc-en-ciel magnifique au dessus de Charmel. Certains s’arrêtent pour fixer cette vision polychrome sur « pixels », d’autres se contentent d’en prendre plein la vue.

La randonnée s’achève par une belle descente en sous bois suivi d’une longue ligne droite jusqu’à Château-Thierry le long de la Marne. Ceux qui ont la trace exacte effectuent une montée prémonitoire jusqu’à l’hôpital au dessus de la ville, les autres programment l’adresse de l’hôtel et s’épargnent une ultime ascension.

C’est presque fini, après une douche bien méritée et une bière offerte par Bernard, nous partageons notre dernier banquet concocté par Dominique I. La tarte au maroilles et le crumble poire-chocolat remportent un franc succès.

Bilan de la journée
  • environ 1280 mètres de D+ pour tous les groupes
  • Groupe 1 : 110 kilomètres 5h40 d’effort – arrivée à l’hôtel à 18h après un tour dans la ville de  Château -Thierry
  • Groupe 2 : 113 kilomètres – 6h15 d’effort – arrivée à l’hôtel à 18h sans détour par Château-Thierry
  • Groupe 3 : 116 kilomètres – 6h 40 d’effort – arrivée à l’hôtel à 18h30 avec un détour de 3 kilomètres et l’ascension vers l’hôpital de Château-Thierry

Plusieurs participants annoncent que compte tenu de la météo exécrable annoncée pour le lendemain, ils prendront le train pour rejoindre Maisons Laffitte. Il reste cinq irréductibles qui le lendemain matin après relecture de la météo et l’hospitalisation de Dominique T rejoindront le peloton dans le TER ou le camion.

Epilogue

C’est fini pour cette année, il faut ranger, rendre le camion, faire la lessive et les comptes, regrouper les photos et raconter ses souvenirs.

Remerciements
  • A Dominique Ioos qui a tout prévu pour le printemps et tout re-prévu pour l’automne  : la location du camion, le dessin des parcours, la réservations des  hôtels et des restaurants, les commandes dans les boulangeries, les visites historiques et gastronomiques
  • A Bernard qui a rassemblé les pompes à pied, la trousse à outils, les bouteilles d’eau et les canettes de coca, les compotes, la trousse de secours et fait maintenant les comptes.
  • A Régis qui a conduit le camion, cherché les sandwichs et pris de belles photos
  • A Sylvain qui a amené sa trousse de secours et partagé son enthousiasme vélocipédique habituel
  • A Olivier et Pascale qui ont fait preuve d’une égalité d’humeur et d’une philosophie sereine quelles que soient les circonstances et les difficultés
  • A Anne, Josyane, Michel, Pierre-Yves et Serge qui comme toujours ont su être indulgents avec les râleurs ou les accès de mauvaise humeur des uns ou des autres
  • A Dominique T qui nous a fait enrager parce qu’il était toujours où nous ne pensions pas qu’il aurait du être
  • A la météo, qui devait être exécrable tout le week end, mais nous a laissé faire nos visites et nos ascensions au sec et même parfois au soleil.

Reportage de Magali Fouque