Mai 2019 – Ah les jolies Ardennes !!

Voyages combinant train et vélo

Bernard nous a concocté quelques jours de vélo dans les Ardennes. Le parcours se décompose en quatre étapes :

  1. 85 kilomètres : Charleville- Givet en suivant la piste cyclable le long de la Meuse – 85 kilomètres
  2. 85 kilomètres : Petite boucle en Belgique au départ de Givet pour aller manger des Cuberdons à Rochefort et visiter les grottes de Han – 
  3. 106 kilomètres : Givet- Le Nouvion en Thériarche en passant par la brasserie de Chimay  
  4. 70 kilomètres : Le Nouvion – Laon pour parfaire notre connaissance de la Thierarche et visiter le familistère 

Le premier jour est consacré au trajet en trains pour rejoindre les Ardennes. Nous sommes contraints à une série de saut de puce de TER en TER entre la gare de l’est et Charleville. Une petite inquiétude avant Epernay où les manifestants du vendredi bloquent les voies pendant un bon quart d’heure. La correspondance étant très rapide nous sommes bien à l’heure pour plonger dans le TER suivant et rejoindre Reims. Nous enchainons trois modèles de train, dans chacun nous devons deviner où se trouve le lieu de rangement des vélos, parfois à chaque extrémités ce qui nous obligent à nous répartir, parfois au milieu ce qui nous contraint à une certaine promiscuité.

Nous arrivons en fin d’après midi plus fatigués par la manutention de nos vélos que par le pédalage.

A Charleville, c’est le festival des confréries en Ardennes, et le samedi matin nous assistons à la procession des confréries venues de toutes la France et de leurs fanfares. Toute la gastronomie française défile devant nos yeux ébaudis, ça commence par La confrérie de la salade au lard, puis celle du pied de cochon suivie de prés par l’escargot ariégeois et les rillettes sarthoises. Il y en a plus d’une vingtaine . Des fanfares accompagnent le cortège. La journée s’annonce pluvieuse, il faudra beaucoup de persévérance et de prune lorraine aux participants pour résister aux intempéries.

Après cet intermède gastronomique virtuel, nous partons rejoindre la piste cyclable qui longe Meuse. le fleuve encore modeste s’écoule au milieu de la forêt ardennaise. Dés que le soleil perce la couverture nuageuse, c’est un florilège de verdure qui nous émerveille.

Le midi, nous renonçons au pique nique, et prenons un repas typiquement ardennais bien à l’abri dans un restaurant. Je ne me rappelle plus très bien ce que nous avons mangé, mais il me semble qu’il y avait du maroilles, des pommes de terre et des lardons (ou peut être du boudin blanc). Bref, quand nous avons repris la route, nous sommes lestés de victuailles et un peu ralentis.

La journée se passe majoritairement sous les nuages, parfois un rayon de soleil illumine notre parcours, et parfois une averse de grêle nous contraint à rester aux abris (tunnel ou auvent de fleuriste).

A Givet, une petite coupe de champagne pour nous féliciter des kilomètres parcourus et de ceux à venir. Un bon repas, un bon sommeil, et nous voilà prêt le lendemain matin pour une journée de vélo et de tourisme sans bagage.

Il ne fait toujours pas beau, mais sans trop de pluie et sans vent. A l’abri des grottes de Han nous ne craignons pas les intempéries. C’est plein de stalactites et de stalagmites, c’est mis en scène avec art, mais ça reste très loin du gouffre de Padirac ou de l’aven Arman. Les grottes françaises restent décidément indépassable (petit cocoricco en passant).

Le clou de la journée reste le plaisir de prendre un thé à Rochefort en face de la statue de Raymond Devos.

Le troisième jour est le plus difficile, nous reprenons nos bagages, et repartons sur les routes. Dominique malgré des pneus tout terrain ne peut éviter un clou et le voilà à plat. C’est la roue avant, mais ce n’est pas des attaches rapide. il lui faut quémander un outil adéquat chez l’habitant. Heureusement, il a crevé à proximité d’un village et les belges sont sympas.

En revenant en France, nous quittons l’abri des merveilleuses Ravels Belges (réseau de voies cyclables). Bernard a privilégié les petites routes, nous sommes à l’abri d’un trafic routier trop dense, mais pas des côtes ardennaises et des collines de Thiérarche.

Les deux Dominique respirent à plein poumon l’atmosphère de leur enfance.

Dernier jour, et dernier tour de roues et de tourisme, nous remettons les bagages en place, gonflons nos pneus et partons pour Guise.

Dominique I nous fait faire le tour de la ville pour admirer les sites historiques de la ville,  la clinique où il  est né, le collège qu’il a fréquenté avant de partir au lycée à Saint Quentin et la boulangerie de son enfance. 

Vers 11H, nous participons à une visite guidée toujours instructive du Familistère.

A 14h, c’est parti pour Laon et sa gare. Il ne fait pas chaud comme lors de notre randonnée le long de l’Oise l’année dernière, mais les dix derniers kilomètres restent toujours aussi pénibles. La butte témoin nous nargue et le vent nous ralentit. Bref, cette année nous prenons notre café au buffet de la gare au bas de la cote et pas en face de la magnifique cathédrale. Nous repartons pour Paris par un TER d’un genre nouveau, où il nous faut encore deviner où se trouve le compartiment dédié au rangement des vélos.

Moralité :

Prendre le train avec un vélo non démonté est un sport pas toujours facile, car il demande force pour porter le vélo quand il n’y a pas d’ascenseur ou de rampe, astuce pour deviner où se trouve le local de rangement et impassibilité pour ne pas céder aux regard réprobateurs des autres voyageurs qui trouvent que nous sommes un peu encombrants.

Faire du vélo avec ses bagages nécessite de bien équilibrer son chargement pour rester efficace dans le pédalage

Enfin faire du vélo, quelques jours de suite, demande un entrainement préalable à commencer au minimum deux mois avant le départ.

Allez en 2020, nous partons pour la Bretagne, ça sera une autre histoire mais toujours du plaisir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s