L’étape du Tour 2016 par Fred

Après nous être levés à 5h30 du matin, nous rejoignons nos sas de départ. Il y a 15.000 participants disséminés dans 16 sas, prêts pour le Megève/Morzine.

Yves et moi  trichons un peu pour être dans le sas 9 avec Manu. Nous sommes un peu fatigués et crispés mais contents d’être là.2016 Etape du tour 2 - 1

Sylvie, Damien et son frère Vincent sont dans le sas 14. Guillaume qui a versé des dessous de table est dans le sas 4.

Nous partons donc ensemble dans les premiers kilomètres, puis compte tenu de la foule , nous nous séparons peu à peu pour rouler chacun à notre vitesse de croisière.

Je choisis de ne pas attaquer dans le col des Aravis, une vitesse plutôt basse. Comme un coureur de fond dans la première partie d’un 100 kilomètres, j’applique la maxime, partir doucement et au bout d’un kilomètre ralentir, donc je ne laisse pas mon coeur s’accélérer.

Les descentes sont agréables et rapides, les autres concurrents gardent leur trajectoire. Je note, qu’il doit y avoir une forte proportion de concurrents britanniques qui ne savent pas qu’en France il faut rouler à droite, et avec la foule, ça roule… un peu partout…

Le col de la Colombière est atteint de la même manière, à l’économie. Au sommet, je rencontre Jean et Didier, deux cyclistes du Mesnil le Roi. Didier étrenne  le nouveau vélo BMC qu’il a popularisé sur sa page Facebook.2016 Etape du tour  - 18

Je continue ma route et entame la descente de la même façon : plaisir, prudence, et vigilance. Je vois un homme dans les rambardes de sécurité : il est pris en charge par la sécurité civile puis un hélicoptère le transporte à l’hôpital. Je suis content de voir l’efficacité des secours, et que ce ne soit pas un de mes compagnons de club.

Il y a un danger permanent mais je n’y pense pas. Dans la foule et la chaleur, j’atteins des vitesses jusqu’à 70 km/h. Comme mon pneu avant sent le brûlé à chaque freinage, je privilégie le frein arrière.

Heureusement, pour cause de risque d’éboulement,  ASO a supprimé le troisième col ; nous pouvons rouler sur du « presque plat » pendant des dizaines de kilomètres. J’accroche des pelotons que je perd après quelques hectomètres ou  kilomètres, puis je recommence encore et encore, en veillant à ne jamais me mettre dans le rouge.

A l’arrivée à Samoëns, nous attaquons directement le col de Joux Plane : 13 kilomètres de montée à 9 %. Sur ordre de mon coach, Magali Fouque installé dans le centre de contrôle des Cadors du club de Maisons-Laffitte, et de l’expérimenté Michel de Troie, je n’attaque pas, je ronge mon frein et prends mon mal en patience. Et c’est le bon choix, car en fait de Plane et de Joux, c’est  un véritable chemin de croix. Plus de 5000 esclaves et gladiateurs ayant Spartacus pour chef furent crucifiés le long de la via Appia. Mais ça, c’est une autre histoire, de fait, de nombreux cyclistes s’arrêtent, s’hydratent, se reposent, reprennent leur souffle, et repartent à l’assaut.

La température extérieure avoisine les 32°C. Mon cœur bat la chamade dans les rampes supérieures à 12%, et pourtant ma femme n’est pas là. Il y a beaucoup de monde dans l’ascension du col et une question me taraude pendant une heure et demi et à chaque coup de pédale : vais-je réussir à ne pas poser le pied à terre?

OUI !!!. Mission accomplie!!!  

J’atteins le col de Joux plane et sans perdre  de temps au ravitaillement sachant qu’il n’y avait plus que de la descente, je file sur Morzine tel  le motard Valentino Rossi.

Je franchis la ligne d’arrivée au bout de 5h45 de sueur; le premier  a mis 3h35.

Je reçois ma médaille et ma casquette de finisher.  Magali me communique en direct live nos résultats. Avec Cyrille et Michel Baudouin, nous attendons nos comparses avant de rejoindre notre chalet de Praz sur Arly.

Super et Sympa, non !!!

Et c’est ce moment-là que je préfère  : champagne, pizzas, final France/Portugal. Une très grande fête d’anthologie. Tant pis pour vous, fallait y être.2016 Etape du tour  - 23

De fait, le plus important que ce soit dans les 6 jours de Vars et l’Etape du Tour, c’est la convivialité, l’humour potache et la déconnade, surtout après l’effort, car comme le dit Magali « Quand on aime, on ne compte pas (ses efforts) ».

Bonnes vacances à tous

Fred

PS : en supplément gratuit le carousel de nos performances, y compris celle de coach Michel

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un commentaire sur « L’étape du Tour 2016 par Fred »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s