Journée TAS pour les TAV

Nous sommes le 10 avril 2016, et c’est le jour de la grande randonnée « yvelinoise » des « Toutes à Vélo » participantes au « Toutes à Strasbourg » début juin prochain.

Les dieux du cyclisme sont avec nous, il fait un temps splendide quoiqu’un peu frais, et leurs archanges de la FFCT ont préparé le parcours (Chantal), le pique-nique  et l’appareil photo (Stephan et un prénom qui m’échappe).

Tous le monde était à l’heure, nous avons donc pu faire les photographies d’usage. Nous sommes toutes scintillantes de propreté et de sourire. Quelques unes ont  les yeux un peu ensommeillés ou un gros rhume mais rien qui ne se guérisse avec quelques coups de pédales.

Vous trouvez ces photographies un peu petites, attendez un peu la suite de ce reportage. Voilà nous sommes parties, ça descend, nous ne sentons pas le vent, et pas encore tout à fait assez le soleil, mais les champs de blé sont verts, et ceux de colza jaunes. Il y a les technophiles avec GPS, les classiques avec cartes, et les enthousiastes avec la confiance (l’appartenance à un groupe n’est pas exclusive). Tous le monde cohabite et commence déjà à bavarder sans s’inquiéter de la couleur du maillot (jaune, bleu, rouge, vert….) et du club d’appartenance. A Gambaseuil les archanges ont préparé un petit arrêt photo et goûter sous la protection de la bonne mère.

Après cette première salve de cliché, il y a la séance spéciale « archanges » où l’on peut constater qu’ils ont déjà su se faire apprécier par leur bonne humeur.

Une petite pause souvenir, et il faut  repartir et rouler. Jusqu’à la côte d’Epieds, c’est le bonheur. Il fait beau, quasiment chaud, le vent est dans le dos, la route est plate, et les routes charmantes. Arrivé à Epieds, nous nous dispersons un peu dans la côte, tout en maintenant un haut niveau de performance dans le bavardage.

Il y en a bien quelques-unes qui s’inquiètent de ce que ce puissant zéphyr va signifier lorsque nous allons changer de direction. Mais dans l’ensemble, nous profitons sans trop d’arrières-pensées du beau temps et du plaisir d’avancer sans effort.

A partir de là, le parcours s’infléchit mais pas le vent, ils nous poussaient avec énergie, il commence à nous freiner. Qu’importe l’ouragan, les cyclistes du TAS des Yvelines sont rompues à l’exercice, et que ce n’est pas quelques courants d’air qui vont arrêter notre progression jusqu’à notre prochain ravitaillement.

Pour la halte du déjeuner, les archanges nous ont trouvé une lieu où tous le nécessaire est là : des bancs et des toilettes, le tout au pied de la belle église d’Ivry la Bataille. Et ce qui n’est pas là, ils l’extraient de leur magique voiture : Tables pliantes, assiettes, verres, réchaud à gaz et cocotte minute et pour remplir tout cela de la salade piémontaise, du céléri rave, du poulet froid, un brie, des pommes, du pain, de l’eau, des jus de fruits et du café en poudre.

Restaurées, nous voilà prête à affronter les éléments. Nous ne fûmes pas déçues, comme disait Jonas au fond de l’estomac de Moby Dick : »elle souffle la baleine« . A chaque virage, on espère 100 mètres ou 200 mètres d’accalmie. La traversée de la forêt de Rambouillet est une longue ligne droite monotone avec le vent de face à peine limité par les arbres alentours. Nous avons bien espéré quelques apparitions de gros animaux comme indiqué sur les panneaux de l’ONF. Mais nous n’avons pas eu cette distraction. A défaut nous avons travaillé notre capacité à rouler en peloton pour mieux résister au vent. Honnêtement, il nous reste encore des progrès à faire. Mais l’important n’est-il pas dans la recherche et l’apprentissage ?

Pour bien terminer la journée, l’accès à Maurepas se fait par la côte du cimetière (7% de dénivelé annoncé) avec le vent complètement de face et sans arbre pour limiter son énergie. A l’issu de cette dernière épreuve, et après quelques errances dans les rues de Maurepas, nous voici revenu à notre point de départ. Nous partageons un dernier jus de fruit sur la pelouse du local du club, et c’est l’heure de charger les vélos dans les voitures pour les plus éloignées, ou d’ajouter encore quelques kilomètres à la randonnée pour les plus proche.

Nous sommes  toutes très contentes de cette journée vivifiante et ventilée, et ne saurions trop remercier nos archanges qui nous ont concoctés de si beau parcours, et de si beaux souvenirs.

Enfin, je tiens à ne pas oublier Laurence qui m’a ramené jusqu’à Maisons-Laffitte alors qu’au départ elle devait me déposer à Marly le Roi. Comme dit un célèbre assureur : la solidarité est une force.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s