Baptême au vélodrome

La commission féminine a souhaité que le club organise une sortie au vélodrome de Saint Quentin pour un baptême sur piste. Aussitôt dit en décembre, presque aussitôt fait en février.

Le mercredi 23 février un premier groupe de 5 prend la route dans la voiture de Serge pour une première séance à 19h. Anne, Heloïse sa fille, Magali, Nadine et Serge arrivent donc vers 18h30 au comptoir du vélodrome. Contrôle des pass sanitaires (nous sommes en février), des licences FFCT, signature du document limitant la responsabilité du vélodrome en cas d’accident, un petit tour au vestiaire et nous voilà dans l’enceinte prêts à affronter la piste.

Le Samedi 19 Mars un deuxième groupe s’est inscrit pour une séance à midi. Elsa,Dimitri, Pauline, Pierre et encore Magali qui redouble. Les formalités sont identiques, le pass sanitaire en moins et cette fois ci les filles ont emmené leur conjoint pour les photos et les encouragements.

Ensuite sur la piste, la séance se déroule toujours selon le même rituel :

  • Distribution du matériel (chaussure et vélo)
  • Réglage des vélos et présentation de leurs caractéristiques : pas de cocottes pour poser ses mains, pas de freins, pédales à cales automatiques, pignon fixe et donc obligation de pédaler sans arrêt.
  • Explications pour apprendre à monter sur le vélo : l’incliner sur le coté et se propulser vers le haut en s’aidant de la lice. Celle-ci nous aidera également à démarrer en tirant vers l’avant et à s’arrêter en y laissant glisser sa main.

Pour beaucoup tout cela est très déconcertant. Le cas le plus extrême est Magali qui même à sa deuxième séance reste encore très intimidée par l’exercice.

  • ça commence par quelques tours de chauffe derrière un moniteur sur la partie plate. La consigne est de rester groupé et de suivre le rythme du groupe.
  • Puis on repart pour une deuxième série de tours de piste, cette fois ci il faut commencer à vraiment rouler sur la piste, progressivement il faut monter sur la « cote d’azur » (partie bleu de la piste qui marque le début de l’inclinaison de la piste), puis progressivement l’animateur se déplace pour obliger le peloton à monter dans la pente pour atteindre la ligne rouge, puis bleu, puis noire.
  • Une fois que chacun a réussi l’exercice dans la ligne droite, il fait accélérer le peloton pour permettre de maintenir le vélo dans le virage. Progressivement les participants vont de plus en plus vite et peuvent monter vers le haut de la piste.
  • Au bout d’une vingtaine de minutes c’est quartier libre et chacun peut s’amuser à son rythme.
  • Si un participant n’a pas réussi à s’accrocher au peloton dans les premiers tours, un moniteur vient le soutenir un peu plus tard pour l’aider à prendre de la confiance et de la vitesse.

Le secret pour tenir sur la piste c’est la vitesse. C’est elle qui permet de faire monter le vélo en haut de la piste et de le maintenir en équilibre dans le virage.

A ce jeu là, Anne, Dimitri et Pauline ont montré beaucoup d’aisance et de résistance. Les autres ont été plus ou moins audacieux et résistants mais ils ont tous réussi à atteindre le haut de la piste (Sauf Magali mais c’est un cas désespéré même avec les encouragements des moniteurs à aller « plus vite », « plus vite »).

Une heure de vélo ça paraît peu, mais le rythme est très soutenu et les plus motivés avaient le rose aux joues et le coeur battant en s’arrêtant.

On peut dire que c’est une séance amusante de manège pour adultes où les jambes et les poumons des cyclistes sont les moteurs qui animent la rotation.

A l’issu de ces deux vivifiantes séances, nous avons reçu le justificatif de notre baptême et un moniteur nous a pris en photo.

rédigé par Magali avec les photos des participants, de leurs conjoints et de Céline venu nous encourager à la première séance

10 avril, Randonnée Andrésienne

En ce beau dimanche, le club d’Andrésy organisait les Randonnées Andrésiennes. Deux jours avant, la neige nous avait rappelé qu’en avril on ne se découvre pas d’un fil, mais en ce matin là un très beau soleil nous accompagne et la froidure du matin ne freine aucun des 18 participants au départ.

Avec cette petite vingtaine de participants sur les 170 inscrits à la randonnée, l’USML est le deuxième club le mieux représenté de la manifestation derrière l’intouchable club de triathlon d’Andresy (40 participants) . Bravo à nous ! 

3 parcours étaient proposés : 50, 80 et 100 kilomètres.  5 cyclistes réparties en trois groupes se contentent du parcours 50 : Anne avec sa fille Eloise, Magali et la cyclo-baladeuse Evelyne et la très indépendante Sophie.

Sur le 80 kms, le peloton est plus nombreux avec 13 participants réparti en un groupe principal sous la houlette de Serge accompagné de Séverine de Croissy et de trois annexes, Damien et Alain loin devant, suivi de Guillaume, Jean Marie et Dimitri plus philosophe. Nadine et Benoit arrivés un peu plus tard au point de départ n’ont pas pu rejoindre le gros de la troupe.

Enfin, Max qui avait plus de jambes que les autres a parcouru les 100 kms.

Tout le monde s’accorde à dire que le parcours était exigeant en dénivelé, mais très sympathique avec de belles routes de campagne. Les ravitaillements furent bien appréciés pour reprendre des forces. Nous avons fini sous un beau soleil et une température printanière.

De retour à Andrésy, le tirage au sort des cadeaux a fait trois chanceuses dans nos rangs : Evelyne et notre invitée croissillonne Séverine remportent chacune un casque à la tombola. Eloise la fille d’Anne remporte le prix de la plus jeune participante, bravo à elle !

Le club d’Andresy nous a promis de venir à nos organisations du 12 juin « Tous en Selle » et du 24 septembre « De Selle en Selle ». A nous de faire qu’ils soient aussi satisfaits que nous lors de leur venue à Maisons Laffitte.

Article rédigé par Alain Raison (à Gauche sur la photo)

Dernière randonnée préparatoire à TAT 

Le 27 aout, répétition générale à Maisons Laffitte pour une randonnée vers le château de Villarceaux.

Le club a bien fait les choses, il a fourni le parcours, le parking, et accueilli une vingtaine de participantes Yvelinoises avec un café et des petits biscuits. Au retour, nous avons puisé dans nos réserves pour un peu d’eau pétillante et des chips.

Pour rouler dans la journée, nous avons fait deux groupes de vitesse pour éviter que les plus rapides ne s’ennuient et que les plus lentes ne s’épuisent.

La journée s’est déroulée sous le soleil dans une bonne ambiance de camaraderie et de solidarité. Camaraderie et solidarité que nous retrouverons 10 jours plus tard au départ du Vélodrome pour les 7 jours de randonnée vers la convergence « Toutes à Toulouse ».

De Selle en Selle

Après l’abandon de toutes nos organisations en 2020, et le renoncement à notre randonnée « Tous en Selle » de juin 2021, nous avons pu enfin organiser notre randonnée « De selle en Selle » le 25 septembre 2021.
C’était la reprise, les cyclistes ont un peu perdu l’habitude d’aller randonner chez les voisins. Nous n’avons accueillis « que » 130 participants des clubs voisins et quelques individuels.

Nous avons repris le ­circuit de 165 kilomètres proposé en 2019 et mis en place les traditionnels ravitaillements d’Haravilliers, de Chantilly et de la porte Baillet qui apportent glucides et réconfort aux randonneurs.

Il a fait beau. Tous les cyclistes participants étaient satisfaits et heureux de se retrouver dans une manifestation avec fléchage et ravitaillement .

Pour cette édition, les inscriptions à l’avance ont été fortement conseillées ! Ce fut une réussite avec pour la première fois la possibilité de s’inscrire et payer à distance. En sachant à l’avance combien de participants était attendu, l’organisation a été grandement facilitée.

Nous avons déploré 2 accidents nécessitant l’intervention des secours, mais heureusement sans graves conséquences.


Merci à tous les membres du club qui sont venus, avec bonne humeur et sourire, apporter leur aide pour cette traditionnelle manifestation du club.

Bernard Ingelaere – Trésorier

Randonnée Paris-Le Crotoy – 19 septembre 2021

Au début, nous étions 2 volontaires, Sophie et moi. En 2020, nous n’avions pas voulu nous inscrire, le confinement ayant drastiquement réduit notre entrainement.

En avril 2021, nous nous sommes inscrits dès l’ouverture du site. Damien et Philippe B déjà familier de cette randonnée nous ont suivi de peu. Au fil des semaines, sont venus grossir les rangs Josyane, Pierre‐Yves, Serge, Michel, Philippe M, Claire … et Jocelyn de Sartrouville. Pour organiser ce périple de 231 kms, nous avons pu bénéficier de l’expérience de Philippe B et de Damien déjà bien aguerri à l’exercice.

au départ de Maisons Laffitte

C’est donc par un matin très frais que nous avons pris le départ pour Le Crotoy.Compte tenu de l’heure du départ, 6h30, il a fallu équiper les vélos de lampes avant et arrière. Si certains vélos étaient équipés de « vraies lampes » d’éclairage pour voir la route, plusieurs vélos n’avaient que les petites lampes qui permettent d’être vus mais pas de voir la route. Nous avons dû rouler groupé dans la roue des vélos bien équipés. Pas toujours simple !

Plusieurs équipes se sont constituées, une au départ de Maisons Laffitte, une autres de Chantilly et pour Jocelyn départ de Colombes… Nous nous sommes tous retrouvés au ravitaillement de Neuville-en-Hez après Chantilly. Nous n’en garderons pas un souvenir inoubliable : Plus de café à notre arrivée vers 8h30 et des croissants plutôt « coriaces » !

Par chance, il a fait beau, un vent de 3⁄4 sud, nous a aussi facilité la tâche. Philippe B et Damien nous ont a bien « piloté » jusqu’au deuxième ravitaillement. A partir de là, Damien a pris des roues bien plus rapides que les notres, Philippe B quant à lui est resté avec nous jusqu’au Crotoy. A Sommereux après 125 km nouvelle étape pour un repas sur l’herbe plus consistant et « réparateur».

A 50km de l’arrivée, nous sommes tombés sur un sacré « coup de cul » avec un % impressionnant de l’ordre de 15 à 17 %. Il y a des moments où on se sent plutôt « seul » !! J’ai un peu coincé dans cette montée quasiment en fin de parcours.

Après cette difficulté, comme nous l’avait annoncé Philippe B, la route est belle, en faux plat descendant.

Nous sommes arrivés au Crotoy après 9h45 heures sur la selle, à 22km/h de moyenne. Merci à Philippe M qui nous a offert une bouteille de champagne pour célébrer l’évènement et notre arrivée au Crotoy. Damien a affiché pour sa part un solide 29.7 km/h de moyenne.

211 kilomètres, ce n’est pas de la petite randonnée, mais en évitant les côtes à fort % situées avant Chantilly, nous avons pu ramener le dénivelé final à 1372 m au lieu des 1800 m prévu par les organisateurs.

Après une nuit passée au Camping du Crotoy, Claire et Jocelyn on reprit la route en sens inverse.

Bravo ! on peut dire que le matin, il ne faisait pas chaud.

Quant aux autres, nous avons pris le train en début d’après‐midi pour revenir sur PARIS.

Bernard I, envoyé spécial sur place

Toutes à Toulouse

Nos envoyées spéciales ont été valeureuses mais peu disertes sur leurs aventures, pour vous informer la rédaction de Cyclonews vous met à disposition beaucoup de photos et un résumé rapide de ces périgrinations.

4 septembre 2021

C’est parti pour Toulouse pour les Yvelinoises. Un sourire au vélodrome avant l’étape de 127 kms du jour. Arrivée à l’étape à 16 h. Le groupe 1 a tenu une bonne moyenne de 23 km/h grâce à la dynamique du groupe. Une crampe à 2 kilomètres de l’arrivée a stoppé notre élan et permis de tester la solidarité du groupe.

5 septembre 2021

Encore une journée avec un parcours plat et roulant : 114 kms, 548 mètres de dénivelés. Les filles ont toutes pu faire une bonne moyenne sur le vélo. A 3 kilomètres de l’arrivée, une petite crevaison pour pimenter la journée.

6 septembre 2021

Notre progression vers le sud se poursuit. La route commence à onduler mais encore gentiment. Petite journée aujourd’hui (101 kms) et dénivelé modeste (709 m d+)

Les événements du jour : un anniversaire dans la troupe, une mise en scène pour la photo insolite, un ravitaillement raté et donc pas de balançoire pour le groupe 1, une grosse chaleur l’après midi , une crevaison à 1,5 km de l’arrivée. Nous avons quand même eu du temps à l’arrivée pour aller manger une petite glace en visitant la cité du livre à Montmorillon (c’est lundi, presque tout est fermé), visiter le musée de la machine à écrire et acheter des macarons (il ne faut pas résister aux spécialités locales).

7 septembre 2021

127 kms au programme et 1600 m de Montée. Il a fait chaud. Heureusement le parcours est très boisé. Montée et descente au milieu de bois, avec la rencontre de quelques jolis chateaux, un petit coup d’oeil à la Creuse, et un plongeon dans la piscine pour finir la journée et décontracter les muscles endolories.

Au chapitre des avanies, il y en a eu pour tout le monde aujourd’hui. Le groupe 2 a subit deux ennuis mécaniques dans la matinée, les groupes 3 et 6 ont du réparer chacun une crevaison a 10 km de l’arrivée.

8 septembre 2021

111 kilométres et 1400 mètres de dénivelés. Aujourd’hui Madly a fait une grosse chute, elle a du rejoindre la voiture d’accompagnement et racheter un casque. Magali était fatiguée et donc très très grognon. Mais à l’arrivée l’auberge de jeunesse était magnifique et les vélos ont dormi dans un cadre historique.

9 septembre 2021

Aujourd’hui il n’y a pas eu de chute à déplorer, sauf celle de la pluie à 10 kms de l’arrivée. Au cœur du Périgord nous avons fait l’impossible pour dépenser notre plantureux repas de la veille (soupe à l’ail, salade de gésiers confits, cuisse de canard , pommes salardaises, toast fromage de chèvre, tarte au noix). Pour cela l’organisation nous avait réservé quelques côtes bien gratinées même si le dénivelé est resté identique au jour précédent (108 kms, 1477 d+), en particulier un passage à 18 % que seules quelque élues ont franchi.

10 septembre 2021

Dernier jour de pérégrination vers Toulouse, il y a peu de kilomètres et un parcours plat pour terminer le périple, juste de quoi faire tourner les jambes pour enlever les courbatures. Nous rencontrons les bretonnes du Morbihan et du Finistère le long du canal du midi, la convergence toulousaine devient maintenant bien concrète

Pique nique de gala à Montech à côté de la pente d’eau et arrivée chaotique en petits pelotons sur la place du capitole

Avant l’installation à l’hotel, nous prenons une glace ou une bière. La soirée nous permettra de partager un repas de gala, d’adresser nos vifs remerciements aux organisatrices et aux accompagnateurs logistiques.

Demain visite de Toulouse avant de revenir sur Saint Quentin dimanche 12 septembre.

Rédigé par Magali Fouque

Bienvenue au(x) vélo(s)

Chaque année le président(e) du club, envoie ses meilleurs vœux et une liste de bonnes résolutions cyclistes dés les premiers jours de janvier. Mais, depuis deux ans, ceux-ci deviennent obsolètes au tournant du mois de février. L’année 2022 a commencé dans les bourrasques du variant Omicron qui a balayé tous les souhaits.

Maintenant le mois de février se termine, la tempête pandémique marque le pas, le soleil se lève avant 8h et le jour dure presque 11H. C’est le moment de sortir ou ressortir les vélos pour préparer les grandes sorties du printemps et de l’été et enfin recommencer à nous congratuler (à distance) à nos différents rendez-vous .

En 2020 et 2021, le club a enregistré une rapide augmentation de ses effectifs, le peloton a grossi de 20% chaque année, la pyramide des âges s’est rajeunie, et des nouveaux visages ont apporté au club un regain d’enthousiasme, de bonne humeur et d’idées nouvelles.
Un peu noyés par la nouvelle vague, les anciens du club ont fait au mieux pour faire honneur à la tradition d’accueil et d’ouverture de la fédération de cyclotourisme.

Sur les berges de l’Oise

Le peloton des vélos balades du samedi s’est bien étoffé et a fait preuve d’une belle opiniâtreté quelles que soient les aléas météorologiques. Depuis septembre, tous les samedi après-midi il y a eu des cyclistes prêts au départ à côté de la piscine. De Conflans à La Frette, de Saint Germain à Poissy, de Chatou au Vésinet, les communes des environs continuent d’être explorées par les baladeurs du club.

Conflans – maison de la batellerie

L’hiver a causé plus de dégâts chez les routiers. Il est vrai que le froid, le vent et la pluie sont plus difficiles à supporter sur la route.
La remontée des températures va s’accompagner du retour des frileux à notre rendez-vous dominical.
L’heure de l’organisation a sonné !

  • Avant le départ, constitution de 2 ou 3 groupes de vitesse homogène en fonction du nombre de participants (un groupe ne devrait pas avoir plus de 10 participants)
  • Pour chaque groupe identification d’un pilote et surtout d’un serre-file
  • En haut d’une côte, les membres du groupe doivent s’attendre.
  • Sur les portions roulantes, il est préférable de rester groupé. Nos sorties ne sont pas des courses, lors d’un dépassement il faut veiller à ce que celui ou celle que l’on a doublé puisse « prendre la roue ». Un cycliste isolé ira moins vite, il faudra l’attendre à un moment ou un autre, sans cela au final le groupe ira moins vite.
  • Avant de partir, prendre connaissance du parcours planifié, identifier vos compagnons de route, évaluez votre capacité à les suivre, annoncez vos intentions si vous souhaitez faire une variante à ce qui est proposé, enfin venir avec votre téléphone pour prévenir en cas de besoin.
    Bref, Il nous faut donc apprendre (réapprendre) à mieux nous organiser pour constituer des pelotons homogènes, sécurisés et surtout solidaires.

Une boutade circule dans le club, que nous sommes les spécialistes des groupes de « un ». Un peu de discipline et d’écoute des uns et des autres doit nous permettre de progresser et de transformer la blague en légende urbaine.

Magali Fouque, Présidente USML Cyclotourisme

2021 : le Gravel arrive à l’USML

Depuis fin 2020, l’USML cyclotourisme a vu ses effectifs grossir. A cette occasion les vélos « Gravel » ont fait leur apparition dans le peloton. Ceci reflette l’évolution des pratiques cyclistes et n’est en rien une surprise.

Le « Vélo Gravel » est un compromis entre un vélo de route léger, et un VTT avec des amortisseurs (pneus plus larges, développement plus étendus). Il est à l’aise sur les routes, pistes cyclables avec ou sans macadam, chemins forestiers… bref un vélo de randonnée assez polyvalent. Pendant cette période inédite de pandémie, le Gravel est apparu comme une solution pour rouler au vert sans trop s’éloigner de nos bases sur des supports variés.

Un petit groupe de personnes équipées de Gravel (moins d’une dizaine) a donc commencé par rouler sur la route car c’est la pratique du club. Mais quand on est équipé d’un vélo qui peut aller sur toutes sortes de support, on en veut plus : plus de chemins, plus de forêt, plus d’aventure !

C’est donc très naturellement que nous avons introduit une activité Gravel mensuelle au cours de l’année 2021.  L’environnement de Maisons Laffitte offre un très beau terrain de jeu avec la forêt de St Germain en Laye. Mais ce n’est pas la seule : de nombreux chemins de halage, la forêt de Marly, les étangs de Cergy, la campagne environnante regorge d’itinéraire qui permettent de découvrir de beaux châteaux méconnus lorsqu’on pratique uniquement la route. 

Un petit groupe se retrouve régulièrement, selon les disponibilités de chacun : Magali, Claire, Elsa, Alice, Sandrine, Nadine, Philippe, Dominique, Guillaume, Jean-Marie, Damien, Bernard F, Alain et ne demande qu’à s’élargir.

Nous avons ainsi réalisé quelques belles sorties ces derniers mois, avec des découvertes pour beaucoup, car à l’écart de nos parcours classiques. Tous les participants ne possèdent pas un « vrai » vélo de Gravel, mais la bonne nouvelle, c’est que cette activité est relativement large pour accepter des vélos différents : VTT, VTC, cadre reconditionnés, et bien sûr « vrai » vélo de Gravel. En étant ouverts sur les parcours et les vélos, nous avons pu attirer plus de pratiquants, et diversifier nos sorties. 

Qui dit activité nouvelle, dit nouveaux parcours, et nous avons parfois tourné en rond quand la trace GPS ne savait plus où donner de la tête (et que l’absence de reconnaissance se faisait sentir ), nous avons parfois rencontré des zones moins praticables que d’autres (mais c’est ça l’aventure), nous avons parfois fait demi-tour avant la fin car nous avions surestimé notre vitesse moyenne, nous avons aussi marché dans la boue, ou à l’inverse pris la route pour rentrer plus rapidement, mais nous avons toujours pris beaucoup de plaisir à partager des sorties dans la nature, le plus loin possible du trafic routier. 

La prochaine étape notre nouvelle activité sera l’introduction d’un parcours gravel dans notre rallye « Tous en Selle ». Ce sera un bon moyen pour communiquer sur cette activité, d’enrichir notre panel d’activités et d’attirer de nouveaux pratiquants au club.

Bref, encore beaucoup de belles journées à venir et de plaisir à prendre.

Alain Raison, Responsable Commission Parcours

Du pré-accueil aux cyclo-balades

Depuis quelques années nous organisons de septembre à novembre un cycle de pré-accueil qui permet à de nouveaux pratiquants d’intégrer le cyclisme dans leur emploi du temps.  Le dépliant distribué au forum des associations précise qu’on peut venir avec son vélo quel que soit son type, mais obligatoirement avec son casque sur la tête. Les randonnées durent environ 2 à 3 heures rarement plus. Il n’y a pas d’obligation d’adhésion pendant les 8 premières séances.

Tous ces arguments développés par les bénévoles au forum des associations ont poussé quelques curieux et beaucoup de curieuses à nous rejoindre les samedi après-midi du mois de septembre et octobre.

Nous avons commencé avec un tour autour de la boucle de Seine en passant par l’écluse d’Andrésy et un retour par le bac de la Frette qui donne à cette première randonnée un air de vacances. Le samedi suivant nous sommes allés faire un tour dépaysant au parc du peuple de l’herbe en face de Poissy. Puis nous avons enchainé avec une découverte du Vésinet, de l’axe majeur à Cergy, du parc du château de Marly le Roi, etc….

au retour de la première séance

En conservant une allure modérée, la randonnée se déroule en sécurité sur des chemins forestiers sans difficultés techniques ou sur des pistes cyclables. Parfois il faut intégrer des parcours de liaison sur route, la règle est de garder le peloton regroupé en respectant le code de la route. La promenade dure entre 2 à 3 heures, parfois un peu plus. Les animateurs et les participants font partager leur connaissance des lieux d’intérêts parfois assez confidentiels.

Contre vents et éléments

Parfois la météo n’est pas favorable (avis de tempête, pluie annoncée, froid piquant..) mais le cyclo-baladeur est coriace et ne s’arrête pas à quelques avanies météorologiques. Dans ce cas, la sortie est adaptée, le kilométrage est limité pour éviter de trop s’éloigner et d’avoir à affronter une météo trop agitée ou trop humide. Pour compenser la sortie intègrent des petits exercices techniques pour pédaler sans s’ennuyer : rouler en peloton contre le vent, prendre des virages en épingles à cheveux grâce au pédaler-freiner et autres petits exercices amusants.

sur la route du SIAAP

Un peu de mécanique avec Dominique

Le deuxième samedi du mois la séance se termine par un atelier mécanique (tome 1 : Réparer une crevaison, tome 2 : Nettoyer et entretenir mon vélo, le tome 3 aura lieu en mars quand la météo sera revenue à de meilleures conditions).

Les participants au pré-accueil deviennent des adhérents

Au fil des samedi, la plupart des participants sont séduits par l’enthousiasme des animateurs, leurs connaissances du vélo et des alentours, sans oublier le plaisir de partager avec d’autres une après-midi de vélo et de bonne humeur.

Les sorties pré-accueil du samedi deviennent des cyclo-balades où chacun peut proposer des parcours et des activités.

Rebondir après l’hiver

Décembre et janvier sont des mois difficiles pour les cyclistes, les jours sont courts, les températures froides, la pluie peut s’inviter. Le rendez-vous est avancé à 13h30, les randonnées sont limitée à une trentaine kilomètres pour rentrer avant la nuit.

Bientôt le printemps

En ce début de février, les jours deviennent de plus en plus longs et avec de la chance, le soleil sera au rendez-vous. Nous pouvons envisager des destinations plus lointaines : Pontoise, Auvers-sur-Oise, Triel et donc de nouvelles découvertes et des aventures imprévues.

Magali Fouque

Une journée rando « tartiflette » qui se termine aux urgences

Le 28 janvier après-midi, nous étions un petit groupe d’environ une dizaine de cyclos du club USML de Maisons Laffitte en retour de sortie à la journée dans le Vexin. La randonnée avait été bien sympathique avec le déjeuner savoyard à Us, organisée par Max.

un repas convivial le midi à US

Je roulais au sein de ce groupe lorsque soudain ma roue avant s’est retrouvée sur une bordure de séparation d’une des voies de l’avenue empruntée en traversant Osny (voir photo). Je n’ai pas réussi à rétablir la situation et j’ai chuté lourdement côté droit. 

Le casque a bien joué son rôle car j’étais un peu sonné sur le coup et les traces de choc sont bien visibles sur mon casque. J’avais surtout mal à l’épaule mais une fois debout et après avoir récupéré, j’ai décidé de rentrer en vélo avec le groupe.

Je suis allé rapidement après la douche aux urgences de la clinique pour un diagnostic du côté épaule. Les contusions côté bras et hanche ne m’inquiétaient pas.

Après radio et examen, l’urgentiste a appelé au téléphone un collègue chirurgien orthopédiste. Verdict : disjonction acromio-claviculaire stade II. Pas d’indication chirurgicale. Dujarier pendant 3 semaines (bras en écharpe bloqué 24h/24). Consultation orthopédique dans 2 semaines pour contrôle.

Moralité : Ce type de séparation est un danger pour les 2 roues. Les équipiers de devant auraient pu alerter du risque, en effet il vaut mieux prévenir « plus » que moins…surtout si le groupe est important (pas d’anticipation de ce qu’il y a devant).

Au sein du club, ce risque était d’ailleurs connu car ce n’était pas la première chute à cet endroit (deux accidents au sein du club dans les dix dernières années). Il y a bien une piste cyclable de contournement mais il aurait fallu que les membres du groupe soit en file indienne pour la prendre, de surcroit elle est très courte et peu pratique pour revenir dans la circulation.

J’ai envoyé un signalement de danger sur l’application Suricate (application qui recense les aménagements routiers potentiellement « accidentogène »). A suivre donc…

Le partage d’information a été fait au niveau du club USML et au niveau du réseau sécurité départemental.

Olivier Rémoleux -Responsable sécurité